Partage l'article!

Partage l’article 

Au vu du contexte actuel assez difficile et chaotique: gilets jaunes, marche pour le climat, scandales politiques et financiers, délocalisation, chômages, etc., je me suis informé sur les solutions et les alternatives que la société pouvait nous apporter en termes de changement.

En lisant quelques sites internets, des blogs et des articles d’actualité, j’ai pu voir un mouvement qui commence à se mettre en place et qui fait son petit bout de chemin depuis quelques décennies:

La philosophie de la décroissance

En lisant un peu plus sur ce sujet, j’ai pu constater que cette philosophie correspond à ce que nous essayons de démontrer par notre blog, c’est-à-dire une manière de vivre en dehors du système de surconsommation et d’une vie plus heureuse grâce à la simplicité volontaire.

La décroissance consiste à revoir notre modèle économique, écologique et sociale. 

Non pas pour revenir en arrière et retourner chasser le mammouth ! 😉 Mais plutôt pour que nos ressources limitées ne soient pas utilisées et exploitées par notre demande de croissance illimitée.

Doit-on changer notre système économique?

André Gortz, philosophe et journaliste française a dit :           

Si le désir de croissance perpétuelle est source de crises économiques, sociales et environnementales alors sans doutes faut-il en conclure que la croissance n’est pas une solution.

À croire que l’humanité aime le masochisme à grande échelle 🙂

Qu'est-ce que la décroissance signifie?

Par notre blog, nous avons voulu nous tourner vers cette décroissance, mais à notre niveau :

Devenir indépendant financièrement ne signifie pas être riche à millions pour pouvoir acheter ce que nous voulons et consommer toujours plus et plus vite.

Nous voulons nous tourner vers un mode de bonheur qui s’attache plus à la jouissance de l’être que de l’avoir.

« Moins de biens, plus de liens » est le slogan que vous pourriez lire si vous tapez « Décroissance » sur votre moteur de recherche.

Cela signifie simplement que la nouvelle tendance économique et écologique devrait être de privilégier les liens sociaux et le slow life plutôt que l’individualisme et la concurrence à répétition.

Je ne suis pas le mieux placer pour en parler car même si j’essaie de tendre vers cette réflexion, je suis encore plein de contradictions.

J’achète encore sur des grandes plateformes en ligne, je travaille pour une multinationale qui est un emblème consumériste, j’essaie de trouver le produit le moins cher même si ce dernier vient de chine, j’achète encore des produits dans des grandes surfaces avec un maximum de plastiques nocifs pour la santé…

Un essai de décroissance à notre échelle

Même si notre démarche est encore loin d’être parfaite, nous établissons notre propre philosophie de vie qui tend vers cette décroissance. Et nous essayons de l’appliquer partout :

Au travail

  • Nous ne sommes pas dans la recherche constante de plus de productivité ou de croissance.
  • Nous essayons de ne pas créer du stress qui est omniprésent.
  • Nous avons dans l’optique de vivre le moment présent et de jouir du temps libre pour des activités communes.

A la maison

  • Nous faisons attention à notre consommation et nous mettons sur pied un petit bio système pour notre consommation journalière.
  • Nous achetons des produits bios et locaux qui favorisent la promotion économique locale.
  • Nous limitons les achats compulsifs qui ne fournissent au final que du bonheur immédiat et éphémère.

En famille

  • Nous essayons de les conscientiser à l’écologie, aux dangers de la surconsommation.
  • Nous échangeons sur des procédés plus économes et écologiques.
  • Nous tissons des liens forts en prenant le temps avec eux et en créant des moments inoubliables à chaque instant.

En vacances

  • Nous essayons de limiter l’utilisation de certains moyens de transport qui polluent et qui, à une utilisation élevée, est nocive pour la terre.
  • Nous évitons les vacances dignes des grands complexes hôteliers
  • Nous essayons de nous rapprocher de l’habitant pour éviter toute empreinte néfaste dans le paysage urbain de ces lieux « touristiques ».

Inscris-toi vite à notre newsletter!

* indicates required

Comme dit plus haut, la décroissance n’est pas un retour à l’âge de pierre mais plutôt la possibilité de faire un pas sur le côté pour voir les alternatives qui s’offrent à nous.

  1. Trouvez-vous normal le mini prix des tickets d’avions ?
  2. Trouvez-vous normal que des objets fabriqués et commandés en chine puissent arriver en quelques jours chez vous ?
  3. Trouvez-vous normal que d’avoir accès tout le temps à tous vos fruits préférés, même hors saisons ?

Personnellement, je ne trouve pas cela normal et cette anormalité est une conséquence de notre évolution. Effectivement, cela est de notre faute si la société se dirige vers ces résultats!

L’humain du 20ème et 21ème siècle veut toujours plus, plus vite et moins cher.

Cela ne fait qu’accentuer le dérèglement qui existe à notre époque. Nous fonçons droit dans le mur, spirituellement, économiquement et écologiquement parlant.

J’espère réellement que les gens qui luttent et qui marchent pour sauver notre planète prennent conscience que les objets qu’ils utilisent au quotidien comme leur smartphone, leur télévision, leur voiture, leurs vêtements, leurs vacances en à Bodrüm, etc. ne font que renforcer cette descente aux enfers.

Et à tous les détracteurs du : 

« Si on ne consomme plus, cela va accentuer le chômage qui est déjà élevé ! »

je leur dirai d’aller se rafraîchir le cerveau avec un fer à repasser 😉

Depuis toujours, les économistes prônent la croissance pour une diminution du chômage. Mais dans les années 80, en France, le chômage a augmenté de 50% alors que le PIB est en hausse pour la même période de 156% !

Il est prouvé désormais que tout au mieux, un taux de croissance de 2% ne servirait qu’à stabiliser le chômage

Comment se sortir de ce système?

Mais comment nos politiques pourraient traduire cette décroissance et quelles sont les solutions pour mettre en place un nouveau système économique ? 
N’hésitez pas à proposer en commentaire des alternatives que vous trouveriez judicieuse pour un monde où il ferait bon vivre!

 

l’économiste Jean Gadrey propose par exemple des solutions en vue de la création, sans croissance, en dix ou vingt ans, de 3 à 4 millions d’emplois de bonne qualité (en France), répondant à des besoins sociaux et économiques légitimes, se répartissant entre l’agriculture, les énergies renouvelables, l’isolation thermique, les économies d’énergie, les transports, le commerce, les services de la bonne vie, ainsi que des créations d’emplois résultant de la réduction du temps de travail à 32 heures.

Je vous invite à aller lire ses propositions ici. Ce sont des pistes qui ont le mérite d’être réfléchies.

L’économiste Niko Paech, défenseur de la théorie de la décroissance, définit ainsi 4 grands axes. Je vais reprendre mot pour mot le texte car celui-ci offre de bonnes voies de réflexion. (Source

  • Une nouvelle division mondiale du travail: Principe du jeu à somme nulle matérielle (rénover et réhabiliter plutôt que produire), des technologies efficaces et intégrées, des objets réparables et modulables et durables culturellement, des gains de surface supplémentaires grâce au démantèlement et à la revégétalisation.
  • Une économie régionalisée: Des associations pour le maintien d’une agriculture paysanne, des monnaies régionales et des chaines de valeur démondialisées.
  • Principe de subsistance: Favoriser l’auto-production (jardinage, bricolage, éducation des enfants), allonger l’usage (entretien et réparation des objets), favoriser l’échange de services en réseau, pousser à l’engagement et au bénévolat auprès de communauté.
  • Principe de sobriété: Se débarrasser du superflu, redevenir maitre de son temps et redonner du sens au travail, éviter la “surcharge sensorielle” (ex: exposition à la publicité, mails, SMS…).

L'histoire d'un homme qui est sorti du système consumériste

Croyez-vous que cela est impossible de passer d’un monde ultra consumériste à une simplicité volontaire ?

Julian Mantle, grand avocat, est devenu moine du jour au lendemain. 

Au détriment de sa richesse ? 

Il a trouvé bien plus riche que le matériel qu’il possédait 🙂

Voici un bref résumé de son histoire et son déclic :

Depuis qu’un accident cardiaque l’a terrassé en plein tribunal, le ténor du barreau Julian Mantle traverse une crise existentielle. Des questions l’assaillent, de celles que seuls se posent les êtres qui ont frôlé la mort et pour qui la vie revêt une importance inédite et un sens à trouver. Sa soif de réponses l’entraîne alors dans une odyssée extraordinaire, vers la culture et les croyances d’un peuple niché au fond de l’Himalaya. Il y découvrira les « sept vertus éternelles », qui libéreront le potentiel de son esprit, de son corps et de son âme. Puisant dans la sagesse et la spiritualité orientales, Le moine qui vendit sa Ferrari est un conte étonnant où l’on arpente, au fil des pages, les voies du courage, de l’équilibre et de la joie.

N’attendez pas que quelque chose de grave vous arrive comme c’était le cas pour Julian Mantle pour remettre votre système de valeurs en question.  Cherchez un sens plus profond que la richesse matérielle.

Je vous conseille son livre qui est une source d’inspiration pour tous les apprentis décroissants ou les gens sceptiques de ce mode de vie :

Ce choix de décroissance n’est pas anodin et pourtant, ce n’est pas le seul à avoir changé de vie pour se recentrer sur le vrai sens de la vie.

Voici quelques liens de personnes décroissantes :

Le chemin vers notre sauvetage ne sera pas un long fleuve tranquille mais il en vaut le détour.

 

Un nouveau modèle économique et écologique commencera seulement  par votre bonheur individuel. En effet, le progrès ne construit pas le bonheur mais c’est le bonheur qui construit le progrès.

Déjà fini?

Voici un billet d’humeur qui lance quelques pistes de réflexion sur le vrai sens de nos valeurs. Ceci n’a pour but que de faire réfléchir et de voir autrement la manière dont nous percevons le monde 🙂

Quel que soit le résultat, nous sommes sur la bonne voie et nous ne lâcherons pas ! 

N’abandonnez jamais et allons ensemble prendre la route qui va nous faire entrer dans le cercle des rentiers !

N’hésitez pas à partager cet article s’il vous a plu ! Propagez à profusion la bonne parole du cercle des rentiers 🙂

Vous pouvez également nous soutenir en nous offrant un café ! C’est par ici que cela se passe.

Cet article a 3 commentaires

  1. Si nous restons aussi nombreux sur terre, en effet, 2 possibilités s’offrent à l’humanité si elle veut survivre dans un certain confort: soit une baisse de la démographie, soit que chaque individu consomme moins. En tant que blogueur, tu fais de la pub sur ton site et donc tu insites donc tes lecteurs à consommer plus. Comment vis-tu ce paradoxe? Je fais aussi de la pub sur mon blog et je dois dire que j’ai un peu de mal avec cette idée qui va à l’encontre de mes convictions profondes. Pourtant, l’objectif de nos blogs est bien d’en retirer de l’argent?

    1. Bonjour Agnes,

      Merci pour votre commentaire 🙂

      En effet, cela incite au paradoxe.
      Pour le moment, nous restons à faire de la publicité qui cible les habitudes consuméristes de nos lecteurs.

      Mais nous essayons de trouver des alternatives :
      – Moteurs de publicités qui prônent la mise en action écologiques, sociales et environnementales.
      – Collaboration publicitaire avec des sites internet qui suivent nos valeurs.
      – Remplacement de la publicité par un autre moteur rémunérateur moins invasif.

      Des alternatives existent mais il faut pouvoir faire la transition sans abandonner et en restant concentré sur son objectif final 🙂

      Au plaisir de vous lire,

      Le cercle des rentiers

Laisser un commentaire

Partage l’article

Joachim J.

Joachim J.

Auteur du blog

Bonjour à tous et bienvenue sur ce blog!Sur ce site, je compte vous parler de mes expériences, de ma stratégie pour atteindre l'indépendance financière et vous partager certains conseils.Amusez-vous à apprendre et faites partie de notre cercle !

Newsletter

Abonnez-vous pour recevoir avant tout le monde les prochains articles du blog

© Tous droits réservés à l’auteur du blog le cercle des rentiers

Contactez-moi sur